Écologie

Défi personnel : Consommer encore plus local

mai 12, 2016

J'ai fait un constat. Je dis toujours que je prône une cuisine locavore autant que faire se peut, seulement voilà : je ne m'étais pas rendue compte à quel point, malgré tout, je consomme des produits pas toujours très locaux, voire même pas du tout, du tout ! Je fais vraiment du mieux que je peux au quotidien, mais parfois on n'arrive pas – et de manière assez inconsciente pour ma part sur ce coup-là – à être totalement en adéquation avec ses principes.

Ce constat, je l'ai fait pas plus tard que ce matin, en faisant mes courses et en achetant des graines de courge. Là, le choc ! Provenance : Chine. Ding, daing, dong, sonnette d'alarme dans ma tête ! Parce qu'on n'a pas de courge chez nous ?!? Et en regardant les autres produits en vrac qui se trouvaient autour desdites graines, je vois : Pakistan, Finlande, etc. C'est là que j'ai réalisé. Je ne comprends même pas pourquoi le déclic ne s'est pas fait plus tôt ! ^^


On change ses habitudes !

J'ai donc décidé de me lancer le défi pour les mois à venir de consommer encore plus local que je ne le fais déjà, en essayant de faire le tri entre les aliments dont je ne peux pas me passer (par « nécessité » dirons-nous, mais aussi par plaisir, car c'est important de ne pas être dans la frustration) et ceux dont je pourrai aisément faire sans, ceux qui ne changeront au final pas grand chose à ma vie. ;) Pour les produits que je n'arriverai pas à éliminer totalement de mon alimentation, et notamment ceux qui viennent de vraiment loin, j'aimerais au moins essayer d'en réduire la consommation.

Les aliments qui me viennent immédiatement à l'esprit qui proviennent de loin et qui sont donc très énergivores et pollueurs en matière de transport, de réfrigération, etc., sont le thé, le rooibos, le café, le chocolat (!), certaines graines, les épices, les fruits exotiques... Mais aussi le riz, certaines céréales et légumineuses... Je vais donc étudier tout cela plus attentivement les prochains mois. Voir aussi si je peux trouver ces mêmes produits (notamment les graines, céréales et légumineuses) mais vendus par une autre marque qui s'approvisionnerait plus près.

Je pense déjà réduire ma consommation de thé/rooibos au profit de tisanes plus locales : j'ai déjà de la verveine du jardin de mes parents et même de mon balcon, j'ai de la menthe, je sais que je peux aller cueillir de la camomille chez mes parents pour la faire sécher... c'est déjà un bon début.

Pour ce qui est du café, nous n'en consommons qu'extrêmement peu à la maison, donc pas de problème, on ne change rien.

Concernant les graines et les épices, c'est plus compliqué ! J'en utilise énormément, au quotidien. À voir donc si j'arrive à modifier mes habitudes ou non... Peut-être en utilisant un peu plus d'herbes de Provence (thym, romarin, origan, myrte, etc.) qui poussent par chez moi et auxquelles j'ai donc accès gratuitement, en remplacement des épices de temps en temps. Pour les graines, je pense que je pourrai me passer de celles de courge, qui sont celles que j'aime le moins finalement. Mais pour ça, il faudra attendre que j'ai terminé mon bocal ! ^^

Les fruits exotiques, je n'en achète quasiment jamais (même si j'aime beaucoup ça). J'avais déjà fait une croix dessus depuis longtemps pour les raisons qui me poussent aujourd'hui à relever ce défi. Donc à part un ou deux achats par an... Cela reste dans le très raisonnable... Sauf pour les bananes ! Mais ça, je sais que je ne peux pas faire sans. Ceci dit, je les achète généralement en commerce équitable.

Pour ce qui est du riz, j'alterne déjà depuis un moment entre riz basmati ou thaï et riz de Camargue.

Le chocolat... comment dire... je ne pourrai indéniablement pas faire sans, mais je peux sans doute diminuer un peu ma consommation, bien que je ne la trouve pas si excessive.



Bref, je vais donc m'atteler à ce défi les mois à venir, voir ce que je peux faire mieux, si je ne me sens pas « diminuée » dans ma cuisine... Dans tous les cas, je vais bien sûr finir tout ce que j'ai dans mes placards, donc j'en ai encore pour quelques mois ! C'est d'ailleurs pour ça que j'étends le défi sur une longue durée, car il me reste de nombreuses denrées non locales que je mets, pour la plupart, longtemps à terminer. ;)



Et vous, faites-vous attention à la provenance des produits que vous consommez ?



Edit du 02/06/16 : pour le thé, j'ai mis en place une astuce : je réutilise ma boule de thé deux ou trois fois avant de jeter le thé (enfin, je ne le jette pas, je le composte ou le mets directement au pied de mes plantes ^^). Comme ça, je peux boire toujours autant de thé, mais en en consommant deux fois moins. ;)

Vous aimerez peut-être aussi...

12 commentaires

  1. Je vais suivre attentivement tes réflexions car je me suis déjà interrogé sur le mode alimentaire notamment vegan (et le mien aussi, flexitarien) qui est essentiellement basé sur des produits d'origine lointaine (gogie, cajou chia, huile de coco, lentilles corail...)ce qui ne me semble pas du tout raccord avec leur philo de vie :-(
    Pour ma part, j'ai déjà choisi de me fournir quasi exclusivement en légumes chez des producteurs locaux mais je rame à trouver des fruits locaux très rares dans le golfe de Saint Tropez, ou du moins en production ultra ponctuelle...A bientôt ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Sophie ! Quand on est très axé sur une alimentation végéta*ienne, on se base beaucoup sur des produits venant de loin au quotidien... Ce n'est donc pas du tout évident de modifier cela, surtout si l'on aime varier son alimentation... Moi je dis : vive les légumes ! Mangeons encore plus de légumes régionaux (et de fruits)et réduisons la part des céréales et autres légumineuses venant de loin ;)

      Supprimer
  2. Oui c'est intéressant !! C'était le thème de l'éco-défi proposé par Natasha du blog Echos Verts, on s'est rendues compte qu'on ne se posait pas tellement cette question de la provenance pour certains petits ingrédients du quotidien (alors qu'on le fait pour nos légumes, fruits, huiles, céréales, légumineuses et tofu), exactement comme toi, pour les graines par exemple, les épices, le chocolat... ;) Finalement, on peut trouver les équivalents qui viennent de moins loin, mais ça demande un peu plus de concentration... (sauf pour le chocolat snif....)
    Pour ce qui est de l'alimentation végé, je ne vois pas du tout en quoi ce n'est habituellement pas local ? Mon alimentation quotidienne n'est pas du tout basée sur des aliments extra-ordinaires qui viennent de loin :D
    Il faut que je fasse encore un effort sur les bananes et les avocats, que je consomme une fois par semaine environ. Mais ce n'est pas une habitude spécifique de végé ça, non ? lol
    Bonne aprèm, biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Olivia ! Pour l'alimentation végé, à part les fruits et les légumes (pour faire très court ^^), beaucoup de végé (surtout végétaliens) consomment énormément de petits produits venant de loin tels que les oléagineux (noix de cajou, du Brésil, de macadamia...), les graines (chia, lin...) et j'en passe, notamment pour remplacer les produits animaux (apports divers, texture dans un gâteau...) ;)En tout cas, c'est le constat que je fais de par mon expérience personnelle (et pourtant je ne suis pas une végé à 100 %), mais aussi en regardant les diverses recettes proposées sur le Net par les blogueuses végé. ;) Tu n'as pas cette impression ?

      Supprimer
    2. Je vois ce que tu veux dire bien sûr ;) mais c'est une vitrine et cela ne reflète pas forcément ce que mangent au quotidien ces blogueuses (heureusement car sinon les blogueuses spécialisées en pâtisserie souffriraient toutes de diabète !!!ahah). Et surtout, comme je suis encore des blogs pas du tout végé, je me rends compte que le problème de l'alimentation non-locale se voit vraiment dans toutes les cuisines, pas spécialement chez les végés.
      C'est peut-être lié aux ingrédients "à la mode" aussi peut-être, que tout le monde finit par consommer sans trop se poser de question (amandes, avocat, chia, goji etc...).
      Ou alors aussi peut-être (que d'hypothèses ! :D ), c'est que dans les recettes tradi de viande, on se pose moins de questions au sujet de la provenance de la viande (il suffit de voir le pourcentage total de viande vendue en supermarché, les gens s’en fichent d’en savoir plus malheureusement), et surtout : de l'alimentation de l'animal durant sa vie (souvent soja OGM importé d’Amérique du sud –je ne t’apprends rien je sais bien ;) -. Et là, même en mangeant 2 cuillères à soupe de graines de chia tous les matins (aïe le transiiiiiit hihi), pas sur que ça équilibre avec quelqu'un qui mange de la viande tous les jours lol
      Enfin pour conclure, c’est sûrement plus lié au caractère de chacun, à l’information dont il a accès (ou pas), plutôt qu’au fait d’avoir de la viande ou non dans son assiette de temps en temps. (je suis végé et je mets un point d’honneur à manger des aliments qui ne viennent pas de trop loin et qui sont éco-responsables autant que possible, je ne suis pas du tout la seule à faire ça, et je trouve cela même plus facile maintenant par rapport à avant où j’achetais + de produits transformés (dont on ne peut pas savoir la provenance des matières premières).
      Voilàààà mon ressenti ! J’arrête là car j’ai l’impression de spammer ton blog là :D
      Bonne aprèm, bisous

      Supprimer
    3. Non, non, tu spames rien du tout, bien au contraire ! ^^ C'est très intéressant tout ce que tu dis ! Pour ce qui est de la "vitrine" des blogueuses, je reste dubitative pour certaines... Il y en a pour qui, j'ai l'impression, leur blog reflète vraiment ce qu'elles consomment au quotidien. ;) Mais tu as raison, le problème des aliments provenant de loin n'est pas spécifique aux végés, monsieur ou madame tout-le-monde achètera aussi des produits non locaux. C'est juste que le commentaire de Sophie juste avant m'a fait réfléchir, et je me suis dit qu'elle n'avait pas tort... mais toi non plus ! ;) Et en effet, quelqu'un qui achètera beaucoup de produits transformés aura sans doute dans son assiette bien plus de matières premières non locales que quelqu'un préparant lui-même sa nourriture à partir de matières brutes qu'il aura acheté (raviolis maison, biscuits et gâteaux pour le goûter...). Donc au final, nous sommes tous concernés ! ^^ Je te remercie d'avoir fait avancer la discussion et n'hésite pas si tu as des choses à ajouter. ;)

      Supprimer
  3. Je rejoint tout à fait ta réflexion, que je me suis faite il y a quelques temps déjà. L'année dernière, à l'occasion de Noël je m'étais mise en tête de créer un repas 100% local, et c'est vrai que je me suis rapidement rendue compte qu'on sous-estime pas mal sa consommation de produits importés. Des trucs aussi bêtes que le sel par exemple! J'ai d'ailleurs toujours dans un coin de ma tête l'idée de faire un défi "1 mois sans produits importés", incluant épices, thé,... Mais justement, c'est le thé qui me bloque un peu, me passer de thé, j'aurais vraiment vraiment du mal. Et je n'aime vraiment pas les tisanes à partir de plantes locales (les seules que j'aime sont le Schoko chai, ce qui n'est pas très très local). C'est vrai que cela me hérisse de voir que le sarrasin , l'avoine ou autre céréales autochtones viennent souvent dans les magasins bio de l'autre bout du monde... Malheureusement, quand on habite une petite ville, le choix est parfois un peu réduit!
    Il me semble avoir lu il y a quelques temps un article sur une journaliste qui avait essayé de vivre 1 mois 100% locavore. Veux-tu que je te l'envoie si je le retrouve? Bon week-end à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! C'est fou hein, qu'on ne se rende même plus compte de notre consommation de produits venant d'ailleurs tant ils sont ancrés dans notre quotidien : sel, sucre, poivre... Pour certaines choses, c'est clair qu'on ne pourrait pas vraiment s'en passer (notamment celles que je viens de citer ^^)mais pour d'autres, je crois qu'il est bon d'essayer de voir si l'on peut faire différemment. Oui, je veux bien que tu m'envoies l'article, avec plaisir... mais ne t'embête pas à le chercher trop longtemps non plus surtout ! Ce n'est pas grave sinon. ;) Bisous et merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  4. J'arrive à avoir des céréales, des légumineuses et des farines par mon AMAP, tu sais que dans la région on a des producteurs d'épeautre, c'est notre spécialité même ! Ca peut être une bonne piste, en plus c'est bio ;) A part ça je prends déjà tous mes végétaux locaux (par l'AMAP ou le magasin bio près de la librairie qui travaille avec les producteurs du coin), idem pour la viande et les œufs... Je trouve que c'est déjà pas mal, mon extrémisme s'arrêtera là^^ Pour les épices et le thé je ne suis pas sûre que le local soit possible, et hors de question de m'en passer!
    Tu as envisagé d'adhérer à une AMAP ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'achète du petit épeautre de la région, ma mère m'achète parfois des pois chiches d'une dame qu'elle croise sur les marchés qu'elle fait ;) Les épices et le thé, c'est sûr qu'en local on aura beaucoup de mal à en trouver ! ^^ Mais voilà, je me dis que pour certains trucs, y a peut-être moyen de changer un peu mes habitudes, même si ma consommation de produits locaux est déjà pas mal. ;) Et puis cet article est surtout là pour sensibiliser les gens en fait ; peut-être que quelques personnes vont se dire que oui, ce serait bien de faire plus attention à la provenance des produits qu'elles achètent. ;) Pour ce qui est des AMAP, j'y songe depuis des lustres ! Seulement voilà : peur des doublons que je pourrais avoir vu que mes parents me donne déjà des légumes et autres... :/

      Supprimer
    2. Coucou à toutes,
      Cela fait un petit moment que je me pose toutes ces questions !!
      Il y a des produits pour lesquels je réussis bien et d’autres moins, mais j’essaye de faire au mieux comme beaucoup d’entre nous…
      En maman active de 3 enfants, je suis une adepte du drive fermier. Je ne sais pas si vous connaissez, ce sont les producteurs locaux (il y en a dans toute la France!!) qui ont créé leur site de drive, on commande par internet et une fois par semaine, on passe chercher notre commande.
      Ce que j’aime beaucoup, c’est que l’on rencontre des petits producteurs qui ne sont pas labellisés bio, mais qui essayent de faire au mieux pour respecter la nature, leur outil de travail !!On rapporte aussi les emballages, ils les réutilisent. Certains producteurs travaillent avec des plantes qu’ils ramassent lors de leur promenade et il y a un large panel de tisanes et de confitures associées aux plantes (rhubarbe-sureau…)….
      J’aime beaucoup le principe !! J’y achète même mon chocolat, certes la matière première n’est pas locale, mais sa fabrication est artisanale et il est peu transformé. De ce fait, il coûte cher (la qualité a un prix et c’est parfois une bonne chose !!), et j’en achète très peu, ce qui nous permet de l’apprécier à sa juste valeur.
      J’achète aussi des produits locaux, lorsque je pars en vacances. C’est le cas pour l’huile d’olive, je l’achète chez un tout petit producteur et je fais le plein ; idem pour le riz de Camargue et le sucre de betterave dans le nord, cela dépend des vacances…Je fais aussi mon propre jardin…
      Par contre, je travaille avec des enfants : l’obésité et le diabète infantiles avancent à grands pas !!!!
      Je suis de plus en plus choquée de voir sur certains blogs la quantité de sucre (et de gras) utilisée, parfois plus de 500g pour un gâteau !!! Pensez aux enfants, s’il vous plait !! Le sucre appelle le sucre et ce n’est bon ni pour la santé des enfants, ni pour la planète, MERCIIIIIIIII

      Supprimer
    3. Merci Cat de venir partager tes astuces avec nous ! ^^ Je ne connaissais pas le drive fermier, je vais me renseigner, ça a l'air intéressant ! C'est une bonne idée aussi de faire le plein de certains produits lorsque tu es en vacances... bon après, encore faut-il connaître des producteurs... et partir régulièrement en vacances au même endroit, chose que l'on ne fait pas chez moi ;) Et je suis bien d'accord avec toi concernant le sucre et le gras dans les recettes... beaucoup trop, bien souvent... :/

      Supprimer