Lectures

Plaidoyer pour les animaux, de Matthieu Ricard

décembre 30, 2016

Matthieu Ricard est un moine bouddhiste d'origine française, qui vit dans la région de l'Himalaya depuis plus de 40 ans. Après une thèse en génétique cellulaire, il se tourne rapidement vers le bouddhisme, auquel il décidera de consacrer sa vie. Il est ainsi l'un des spécialistes mondiaux du bouddhisme tibétain et l'interprète français du Dalaï Lama.

Auteur de nombreux ouvrages, je souhaitais vous faire découvrir celui intitulé « Plaidoyer pour les animaux » (édition revue et augmentée par l'auteur), dans lequel Matthieu Ricard nous parle de la condition animale sans ambages, en nous invitant à changer nos comportements et nos mentalités.

Ce livre m'a absolument bouleversée. Il explique de manière très détaillée et documentée le sort des animaux dans tous les domaines : recherche médicale, élevage, chasse, corrida, commerce illicite des espèces animales sauvages, spécisme... Tout est passé au crible et il faut parfois avoir le cœur bien accroché ! J'ai pu en effet lire des choses tellement cruelles, inhumaines, que jamais je n'aurais pu m'imaginer que cela puisse exister. Mais en même temps, je trouve important de SAVOIR. Savoir ce qui se passe vraiment.

Je vous cite un passage qui m'a profondément marquée (parmi tant d'autres) :

     En Chine, la bile d'ours est utilisée dans la médecine traditionnelle, qui lui attribue toutes sortes de vertus. Plus de 10 000 ours noirs asiatiques (appelés aussi « ours lune » ou « ours à collier ») sont enfermés à vie dans des cages pour y être ponctionnés deux fois par jour. 2 400 connaissent le même sort au Vietnam, et un nombre indéterminé en Mongolie. L'ours est immobilisé jour et nuit en position allongée, et les cages sont si exiguës qu'il ne peut pas même se retourner. Le prélèvement de la bile peut commencer dès l'âge de 1 an : un cathéter, ou une grosse sonde, est introduit en permanence dans la vésicule biliaire. L'ours et enserré, au niveau de la taille, dans un corset de fer qui aide à maintenir le cathéter en place. Les exploitants utilisent aussi des pompes plus puissantes, qui sont très douloureuses. Pendant l'extraction de la bile, les animaux gémissent et frappent leur tête contre les barreaux. Certains vont jusqu'à mâcher leurs propres pattes.
     Pour la plupart blessés et décharnés, les ours ne vivent pas longtemps. Ils sont alors envoyés à la boucherie, leur chair étant un mets coûteux et recherché. Certains survivent et endurent ce calvaire pendant dix ou vingt ans. Les préparations à base de bile sont vendues jusqu'à 350 euros les 100 millilitres. Lorsque l'animal meurt, sa vésicule biliaire peut être vendue jusqu'à 15 000 euros sur les marchés de Chine, de Hong Kong, du Japon, de Macao, de la Corée du Sud et de Taïwan.

Outre la cruauté gratuite, Matthieu Ricard met également en avant notre consommation excessive de viande, qui constitue un problème éthique majeur sur le plan de l'écologie, de la santé mais aussi de l'aggravation de la faim dans le monde. Chaque année, 60 milliards d'animaux terrestres et 1 000 milliards d'animaux marins sont tués par l'homme pour sa consommation, un massacre inégalé dans l'histoire de l'Humanité selon Matthieu Ricard. Mais l'homme se sert également des animaux, tels des objets, pour le simple plaisir du divertissement (corridas, zoos...), ainsi que pour des raisons purement vénales (trafic de la faune sauvage).

Bref, je m'arrête là, je pense que vous avez compris. Matthieu Ricard souhaite, à travers ce livre, présenter un argumentaire détaillé visant à abolir l'exploitation des animaux par les humains. Il invite les hommes à considérer les animaux non plus comme des êtres inférieurs, des esclaves, mais comme des « concitoyens », à traiter de manière bienveillante.

Si je vous parle de ce livre aujourd'hui, ce n'est pas pour vous dire qu'il ne faut absolument plus consommer de produits animaux (il m'arrive d'en consommer moi-même !), pour vous juger et vous dire que c'est mal, mais plutôt pour que vous puissiez élargir vos connaissances sur le sujet, ouvrir les yeux sur ce qui se passe réellement dans le monde dans lequel nous vivons, afin que vous ayez toutes les cartes en mains (ou du moins un bon nombre d'informations) pour pouvoir agir en votre âme et conscience, en toute connaissance de cause, et faire les meilleurs choix possibles (propres à chacun). Souvent, les gens ne prennent pas la peine de se renseigner, car ils ont l'impression que c'est trop fastidieux, ou parce qu'ils ne savent pas où chercher. Et c'est vrai, ce n'est pas toujours évident, et les recherches peuvent être longues. Du coup, je me suis dit que vous proposer ce livre pourrait être une solution, car beaucoup de choses y sont décrites et vous pourrez ainsi en apprendre déjà pas mal sur le sujet. Pour ma part, cela fait des années que je suis sensible à la cause animale, et je connaissais déjà l'« envers du décor ». Ou du moins le croyais-je. Car ce livre m'a vraiment fait découvrir tout un tas de choses que je ne soupçonnais même pas ! En tant qu'« initiée », je suis ainsi tombée de haut et ai pu ajouter de nombreuses connaissances à mon actif. Tout cela pour vous dire que ce livre fait, à mon avis, avancer tout le monde, néophytes comme plus aguerris.

Je vais peut-être en choquer certains, mais je ne pense pas être pour l'abolition totale de l'exploitation animale : cet article n'est donc pas là pour vous dire de devenir véganes. Certaines populations dans le monde d'ailleurs, ne pourraient pas vivre sans élever du bétail ou chasser pour se nourrir. Personnellement, j'ai beaucoup de mal à manger de la viande, mais je ne suis pas pour autant végétalienne, comme vous le savez. Et puis, je ne suis pas certaine que ne plus consommer du tout de produits animaux soit bon pour la santé (ni pour l'environnement) à long terme, mais cela n'est que mon avis, je ne suis pas spécialiste en la matière. Je suis en revanche pour une bienveillance et un respect envers les animaux, et ce, jusqu'à leur mise à mort (incluse) ; je suis pour la révision drastique des pratiques à leur encontre, qui sont la plupart du temps cruelles et source de peur pour les animaux : nous ne pouvons nous nommer « humains » si nous agissons de manière inhumaine ; je suis pour la nette réduction de la consommation de produits animaux, tous confondus (viande, poisson, lait, fromages, yaourts, cuir...) : notre surconsommation entraîne de nombreux problèmes éthiques en plus de problèmes de santé. Et je suis persuadée que vivre de manière plus harmonieuse avec tous les êtres qui nous entourent, prendre conscience de l'inhumanité des hommes afin de changer, est capital pour un monde meilleur.

Bref, vous l'aurez compris, je vous conseille vivement ce livre (sauf peut-être pour les personnes trop jeunes ou trop sensibles), et je prêterai volontiers le mien à qui me le demandera (dans mon entourage, hein, je ne vais pas faire d'envoi par la poste, entendons-nous bien 😉).

Vous pouvez vous le procurer en cliquant sur la photo ci-dessous si vous le souhaitez :


Plaidoyer pour les animaux

En ce qui me concerne personnellement, j'espère que, si les personnes de mon entourage ne lisent pas ce livre, elles auront malgré tout été interpellées par cet article et comprendront et respecteront davantage mes choix de vie et alimentaires. Car, c'est bizarre mais un omnivore à forte tendance carnivore se fera toujours moins pointer du doigt qu'une personne essayant de faire de son mieux pour limiter ses apports en produits animaux et l'exploitation animale de manière générale (en privilégiant les petits producteurs plus respectueux) pour des raisons éthiques. 😉


Cet article tombe pile la veille du réveillon, et j'imagine que certains d'entre vous vont penser que c'est fait exprès. Mais je vous assure que c'est une simple coïncidence : cela fait des mois que je voulais le publier, mais n'en ai jamais eu le temps jusqu'à aujourd'hui où, en ayant assez de voir le livre traîner sur mon bureau, je me suis enfin décidée ! Quand j'ai vu la date, j'ai hésité. Cependant, je parle de coïncidence, mais je pense malgré tout qu'il n'y a pas de hasard dans la vie. Ainsi, si cet article a éveillé votre conscience et vous permet de revoir votre repas de la Saint-Sylvestre, ce sera toujours ça de gagné. 😉


Je vous souhaite à tous et toutes de passer un excellent réveillon et vous dis à l'année prochaine, avec de nouvelles recettes, et toujours plus d'articles écolos ou qui poussent à la réflexion ! 😊


Vous aimerez peut-être aussi...

2 commentaires

  1. Ca fait un moment que je cherche des livres sur ce sujet, mais je ne me suis pas encore décider parce que je n'ai pas non plus envie de lire nimporte quoi! Celui-ci à l'air vraiment intéressant! Je le met sur ma liste ;)
    Lucie, xx

    http://thefrenchpier.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super Lucie ! ^^ En attendant, passe un bon réveillon !

      Supprimer