Écologie

Les lavettes et éponges lavables, une alternative durable au jetable

mars 07, 2017

Aaaah, l'éponge : un objet de notre quotidien parmi tant d'autres qui est loin d'être écolo, au vu de sa faible durée de vie et des déchets ainsi créés chaque fois que l'on jette l'éponge (Vous avez noté le jeu de mots ou pas ? ^^) ! Toutes ces éponges régulièrement mises à la poubelle car elles s'abiment vite, partent en morceaux, que l'on retrouve un peu partout dans son lavabo ou sa baignoire lorsqu'on veut nettoyer sa salle de bains (oui, oui, c'est du vécu ^^)... Et tout autant d'éponges que l'on doit par conséquent racheter ! 😕

Je ne sais pas vous, mais moi j'ai vraiment un problème avec tout ce qui est jetable, qui ne dure pas longtemps, tout ce qui pousse à la consommation et à l'achat. Ainsi, j'ai voulu chercher des alternatives plus durables aux éponges ou lavettes classiques. Cela m'a mené à tester quatre produits différents (enfin, deux se rejoignent de par leur nom, mais sont quand même différents) : l'éponge en microfibre,  la lavette Duopad, le tawashi crocheté et le tawashi tissé.

Éponges écologiques lavables


L'éponge en microfibre de la marque H2O at Home

Cela doit bien faire à présent plus d'un an que j'utilise une éponge en microfibre. La même depuis tout ce temps, je veux dire. Ce qui signifie que je ne l'ai pas changée et qu'elle est donc très durable. C'est en effet une éponge qui passe à la machine et qui s'use très lentement : elle ne part pas en lambeaux comme l'éponge traditionnelle. 😉 C'est ma mère qui me l'avait offerte à l'époque, non pas dans un souci d'écologie, mais parce qu'elle disait que comme ça, je n'abimerai plus mes poêles avec le côté grat-grat des éponges classiques ! 😋

Alors c'est vrai, cette éponge est très douce et ne risque pas de rayer quoi que ce soit. Elle possède un côté grattant mais très honnêtement, il faut forcer beaucoup plus qu'avec une éponge grattante ordinaire pour obtenir un résultat satisfaisant. Ceci étant, l'astuce est tout simplement de toujours faire tremper dans de l'eau chaude vos plats à gratin ou autres poêles comportant des restes d'aliments collés, ou de les remplir d'eau dès que vous avez servi : ainsi, le plat ou la poêle est encore bien chaud(e), et l'eau va se réchauffer juste à son contact (et même que des fois ça fait pschhhh ! ^^), permettant de décoller plus facilement les aliments. L'éponge microfibre est également très bien pour essuyer la table, nettoyer la cuisinière ou certaines surfaces délicates qui nécessitent d'y aller en douceur.

Je ne vous parle ici que de mon expérience avec l'éponge de la marque H2O (que vous pourrez trouver sur le site H2O at Home), et il est ainsi possible qu'avec d'autres éponges lavables, le résultat ne soit pas tout à fait le même. De nombreux sites vendent des éponges en microfibre, généralement pour un prix allant de 4 à 8 euros (certains revendant d'ailleurs les éponges H2O). Mais la marque H2O at Home est vraiment spécialisée dans l'entretien « durable » de la maison et propose ainsi tout un éventail d'articles de grande qualité pour entretenir la maison de manière naturelle et écolo, en plus de l'éponge microfibre : balais, serpillères, chiffons (essuie-vaisselle, essuie-miroir...), produits ménagers... Si vous voulez en savoir plus sur l'entreprise, c'est par ici. La fabrication n'est malheureusement pas française, mais je n'ai trouvé aucune marque proposant ces types de produits fabriqués en France.

Ma vieille éponge de deux ans !


Le Duopad H2O at Home

On ne change pas une équipe qui gagne : depuis peu, j'ai découvert le Duopad, également de la marque H2O, une lavette avec une face nettoyante et une face grattante, idéale pour la vaisselle et le nettoyage de toutes les surfaces. Elle est très pratique et gratte mieux que l'éponge en microfibre. J'aime beaucoup.

Le Duopad, à l'état neuf 😉


Le tawashi crocheté de Valérie

Le tawashi, ou la tawashi – difficile à dire avec certitude mais moi j'ai opté pour le masculin ! –, est également une sorte d'éponge ou de lavette, d'origine japonaise. Il est possible d'en fabriquer soi-même de deux manières : au crochet ou tissé. Ne sachant pas manier le crochet, j'ai une amie très douée de ses dix doigts (« Les petites mains de Val », pour ne pas la citer) qui m'a offert deux tawashis crochetés, que j'ai donc ainsi pu tester. L'effet grattant est beaucoup plus probant que celui de l'éponge en microfibre ou du Duopad. En revanche, ce que je n'aime pas vraiment, c'est le contact de la laine mouillée avec mes mains. C'est très particulier comme sensation, et même si j'ai fini par m'y habituer, cela me dérange encore un peu. Après, ça dépend peut-être aussi du type de laine. D'ailleurs, en parlant de type, il est préférable de réaliser des tawashis en laine acrylique, qui sèche mieux et qui permet ainsi d'éviter le développement des bactéries. En outre, le tawashi crocheté n'est pas du tout absorbant, et je trouve aussi qu'il se salit très vite, que de petits détritus restent logés à l'intérieur des mailles ou collés à la laine. Du coup, je préfère faire le ménage avec plutôt que la vaisselle, même si cela m'arrive quand même parfois car j'aime son côté grattant qui permet de récurer facilement. Les tawashis crochetés peuvent également servir de gant exfoliant pour le corps. 😉

Un des beaux tawashis crochetés offerts par Valérie...
qui ne ressemble plus du tout à cela dès 3 ou 4 utilisations ! ^^


Le tawashi tissé

Cette « éponge », c'est moi qui l'ai fabriquée comme une grande, avec une vieille paire de chaussettes ! 😁 Mais vous pouvez aussi bien la réaliser avec un vieux legging, les manches d'un T-shirt à manches longues de votre enfant qui grandit trop vite... Je préfère sa texture à celle du tawashi crocheté, qui est nettement plus agréable et absorbe bien les liquides. Elle est ainsi parfaite pour essuyer. En revanche, cette éponge ne gratte pas vraiment et je la trouve trop petite à mon goût. Notamment mes deux premiers essais, qui se sont soldés par l'obtention de deux minuscules tawashis tout fins inutilisables !

Je ne sais pas si c'est les chaussettes choisies qui n'étaient pas assez épaisses, le fait que j'y ai coupé des bandelettes insuffisamment larges ou bien que le métier à tisser est trop petit – ou encore la combinaison des trois –, toujours est-il que mes premiers tawashis étaient bien trop riquiquis, avec des bandes trop fines qui faisaient des mailles avec de gros espaces. Et des mailles trop espacées se desserrent aussi très rapidement, au risque de se défaire complètement. Donc bon, mon avis est partagé sur le tawashi tissé : de nombreuses conditions entrent en compte pour obtenir THE tawashi qui déchire ! 😛 (Ou alors j'ai vraiment pas eu de bol et vous, vous y arriverez du premier coup ^^)

Ceci étant, je n'ai lu que des avis favorables, super enthousiastes sur le Net (et personnellement j'aime bien essuyer la table ou éponger de l'eau avec !). Donc si cela convient à la majorité, tant mieux ! 😊 Je vous en propose le tutoriel ci-après, afin que vous puissiez tester par vous-même et vous faire votre propre idée de la chose. Par contre, entendons-nous bien : n'allez pas me couper des chaussettes ou autres vêtements en bon état hein ! Moi j'ai utilisé des chaussettes usées jusqu'à la moelle, que j'avais déjà reprisées au moins une fois et qui se sont de nouveau trouées (et oui, je raccommode mes chaussettes ! ^^), ou dont l'élastique à la cheville ne tenait plus du tout et que je ne pouvais donc plus porter.

Mon dernier tawashi, plus épais (et donc plus grand) que mes premiers essais


Fabrication d'un métier à tisser et d'un tawashi

Le matériel :

  • 1 petite planche de bois d'au moins 15 cm x 15 cm
  • 20 grands clous
  • Des chaussettes adultes (longues), les manches d'un T-shirt à manches longues, des leggings... bref, un vieux vêtement en matière un peu élastique (étirable) et absorbante (jersey/coton). Évitez les matières qui ont tendance à s'effilocher.
  • Un marteau
  • Un crayon
  • Une règle/équerre
  • Des ciseaux


1. Fabriquez le métier à tisser : tracez un carré de 14 cm de côté sur la planche de bois. Sur un des côtés, placez un point à 3 cm du coin, puis 4 autres points tous les 2 cm. Répétez l'opération sur les 3 autres côtés.

2. Plantez les clous sur les points.

3. Voilà, le métier à tisser est prêt ! Facile, n'est-ce pas ? 😊

4. Dans le vêtement que vous avez choisi, découpez 10 bandes d'environ 4 cm d'épaisseur, dans le sens de la largeur. Selon le matériau utilisé, votre tawashi sera plus ou moins épais/petit, et il faudra donc adapter la largeur des bandes pour obtenir le résultat qui vous conviendra. À vous de tester comme j'ai pu le faire... Pour info, je n'ai testé qu'avec des chaussettes, je ne sais pas ce que cela peut donner avec les manches d'un T-shirt par exemple. Peut-être que des bandes de 3 cm de large suffiront... Chaque tissu a sa manière de réagir, si je puis dire. Mon dernier essai en date avec des bandes de 6 cm de large coupées dans des chaussettes me semble plutôt pas mal. Sur les photos ci-dessous, les bandes étaient trop fines (3 cm), surtout qu'elles se sont enroulées sur elles-mêmes, réduisant leur largeur...

5. Enfilez 5 bandes de tissu, de manière parallèle, sur deux clous opposés à chaque fois.



6. Avec les 5 autres bandes, effectuez un tissage, en passant au-dessus, au-dessous des 5 bandes déjà enfilées sur les clous, en intervertissant l'ordre de passage à chaque bande. Par exemple, si vous commencez au-dessus avec une bande, commencez au-dessous avec la suivante.



7. Une fois le tissage terminé, il faut alors retirer le tawashi du métier à tisser. Pour cela, détachez une maille d'un clou, à un angle, ainsi que celle juste à côté, sur sa droite. Passez la maille de droite dans celle de gauche, et lâcher la maille de gauche. Réitérez avec toutes les mailles, en passant chaque fois la maille de droite dans celle de gauche (même dans les angles). En gros, on passe toujours une boucle dans la boucle précédente.



8. Il ne vous restera à la fin plus qu'une maille pour accrocher votre tawashi près de votre évier si vous le souhaitez. Ajustez les mailles en tirant un peu dessus de manière à obtenir une belle forme de carré homogène.



Vous verrez, une fois le coup de main pris, c'est hyper simple à réaliser ! Voici une vidéo de Les Aventures de Petite Bête, que j'ai trouvée sur le Net pour vous aider à bien comprendre la fabrication du tawashi... parce que ce sera, à mon avis, plus parlant que mes photos. 😉




Conclusion

Pour conclure, il existe bel et bien des alternatives aux éponges et lavettes jetables classiques. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Cela demande parfois aussi un certain temps pour s'y accoutumer, pour déterminer laquelle sera préférable, selon vous, pour faire la vaisselle, le ménage ou essuyer la table, par exemple. Pour ma part, je penche d'ordinaire davantage pour tout ce qui est fabrication maison, mais pour le coup, je pense que ma préférence va malgré tout à l'éponge en microfibre et au Duopad, dont je préfère le contact et l'ergonomie, qui se salissent moins vite (les saletés ne restent pas dans les mailles... vu qu'il n'y en a pas ^^), qui absorbent relativement bien et permettent un lavage de la vaisselle très correct du moment que l'on fait tremper les « pièces » difficiles au préalable. Toutes ces alternatives ont en tous cas l'avantage indéniable d'être nettement plus économiques et écologiques. À vous de voir la ou les solutions qui vous convien(nen)t le mieux !

Et pour vous y aider, la marque H2O at Home a eu la gentillesse d'accepter de vous offrir 3 éponges microfibre. Elle est pas belle la vie ? 😊 Pour tenter de les remporter, je vous donne rendez-vous sur ma page Facebook. 😉


Vous aimerez peut-être aussi...

4 commentaires

  1. Merci pour ce comparatif. Pour l'instant, j'achetais des éponges végétales fabriquées avec des fibres recyclées mais elles s'usent également très vite. Je me demandais si les éponges en microfibres étaient efficaces, pour la vaisselle on verra mais pour le reste du ménage je pense m'en procurer une. Pour les tawashi, j'ai tout ce qu'il me faut pour les fabriquer donc y a plus qu'à ! J'aurais bien participer pour remporter une des éponges mais je ne suis plus sur Facebook, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ! Avec plaisir. ^^ Concernant l'efficacité, c'est assez subjectif, car tout dépend de comment chaque personne a l'habitude de frotter/forcer avec ses éponges et "grat-grats" classiques, de ce qu'elle recherche exactement, etc. ;-) C'est vrai que le passage à des alternatives lavables peut peut-être dérouter un peu au début, car ce ne sont pas les mêmes sensations, on va dire. Mais après on s'habitue et cela devient la norme. ;-) Je ne donne bien sûr que mon avis personnel et il faut essayer pour se faire sa propre idée. En tous les cas, je trouvais important de montrer que des solutions plus durables existent, en espérant que certaines personnes seront tentées de les adopter. :-) Dommage pour le concours !

      Supprimer
  2. Apparemment la loofa (cucurbitacée) est également utilisée comme éponge (surtout pour son côté grattant), pas encore testé, mais elle est dans ma wishlist.
    Concernant le tawashi, l'idée est bonne mais j'ai lu beaucoup de commentaires mitigés.
    http://www.gerbeaud.com/bio/loofah.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait ! Je connais la loofah ! Mais je n'ai jamais testé et je ne sais pas si sa durée de vie est longue ou pas... Mais c'est une idée également ! Ah, d'accord pour le tawashi, ben tu vois moi, je suis personnellement mitigée, mais je n'ai jamais entendu ou lu de commentaires non élogieux... Comme quoi ! ;-)

      Supprimer