Bien-être & Bonheur

Et si on prenait le temps ?

février 10, 2017

L'autre jour, je lisais un magazine et je suis tombée sur une page, avec une phrase, écrite en gros en plein milieu : DÉPÊCHONS-NOUS DE PRENDRE NOTRE TEMPS.



Ding ! Ding ! Ding ! Cela a immédiatement résonné en moi car depuis plusieurs mois, c'est exactement ce que je me dis et que je tente de faire : prendre mon temps pour faire les choses, mon travail, ne plus me presser/stresser pour essayer de boucler cent trucs dans la même journée... mais aussi prendre plus de temps pour moi, pour me ressourcer, me détendre, me faire plaisir, voir des amis, la famille... prendre le temps de ne rien faire aussi... prendre le temps de VIVRE, tout simplement, pour ne pas passer à côté des choses essentielles de la vie, à côté de SA vie.

Même si je n'avais pas une vie à mille à l'heure (je travaille de chez moi, je n'ai pas d'enfants...), je commençais à saturer malgré tout : je sentais que j'avais besoin de repos, ou du moins de fonctionner différemment, pour mon bien-être et mon épanouissement personnel. J'avais besoin de m'aérer l'esprit et surtout de me détendre car à l'intérieur de moi je bouillais. En effet, jusqu'à il y a peu, ma vie se bornait aux 4 murs de mon appartement, seule devant mon ordinateur à traduire des textes (je suis traductrice) et à bloguer. Le reste du temps, je cuisinais, faisais le ménage, les courses... Bref, les sorties et ma vie sociale se limitaient aux week-ends, et encore, pas tous ! Déprimant. Je sentais qu'il fallait que ça change. Alors, petit à petit, j'ai réalisé qu'il fallait que j'accorde plus de temps aux choses et aux personnes qui m'entourent, aux loisirs, mais aussi que je prenne davantage le temps dans mon travail, afin de faire du « meilleur » travail mais aussi de sortir de cette sorte d'apnée dans laquelle j'entrais à chaque fois. Vous savez, quand on est traducteur/rice, les délais de livraison des projets sont souvent très serrés, et l'on travaille ainsi dans le rush. D'ailleurs, on aime souvent dire dans cette profession que : « La traduction est à livrer hier», afin de bien rendre l'idée des délais courts. Ainsi, une seule alternative : j'ai décidé de travailler moins pour vivre mieux. Je ne cherche plus absolument à accepter et à caser tous les projets de traduction que je reçois : si les délais sont trop serrés, je refuse, je ne me prends plus la tête comme j'ai pu le faire dans le passé. Trop de stress. Je ne suis pas une machine mais un être humain. (Même si j'ai d'excellents rapports avec les chefs de projets qui me confient des missions, soit dit en passant, le problème vient de plus haut 😉).

Alors certes, je ne gagne pas beaucoup d'argent, mais le peu que je gagne me suffit à subvenir à mes besoins, qui sont de toute façon très restreints. Et je ne dépends pas non plus de mon compagnon, même si je sais qu'il sera là si nécessaire. C'est toujours rassurant.

Je me souviens, les premières années où j'ai commencé à travailler à mon compte, j'étais toujours inquiète du lendemain, de savoir si j'allais m'en sortir... Et puis, au fil des années, je me suis rendue compte que je m'en sortais finalement plutôt bien (et ce avec un tout petit salaire) et que je pouvais donc arrêter de m'inquiéter pour le lendemain, et même lever un peu le pied et vivre plus détendue.

J'ai donc décidé de PRENDRE DU TEMPS pour moi, mais aussi LE TEMPS de (bien) faire les choses, que ce soit au niveau professionnel qu'ailleurs.

Pour moi, vivre correctement n'est pas défini par ce que tu gagnes : l'argent ne fait pas le bonheur, comme on dit... Même si ça y contribue, en tout cas dans notre société, je pense. Vivre bien, c'est pour moi être heureuse, faire ce que j'aime, vivre des expériences, même les plus simples qui soient. Je veux prendre le temps d'observer un papillon voleter de fleur en fleur, de sentir le parfum de ces fleurs... de lire, car j'adore cela et que j'apprends plein de choses en lisant, de cuisiner tous mes repas et de ne pas acheter du tout prêt plus qu'à réchauffer... de rigoler avec le Doudou, de regarder par la fenêtre ce qui se passe à l'extérieur, le ciel, l'animation ou l'absence de celle-ci... je veux prendre le temps d'aller me balader en forêt, de m'occuper de mon blog, de faire de belles rencontres... Vivre bien, c'est donc prendre le temps. Pour ne pas passer à côté des choses, ou les faire à la va-vite sans véritable plaisir ni efficacité. Et pour cela, je pense qu'il faut travailler moins. En tout cas, c'est ma solution personnelle.



« Travailler moins » ne veut pas dire « ne rien faire ». Je peux vous assurer que je fais énormément de choses en une journée ! ^^ Mais j'essaie à la fois d'être plus performante et d'intégrer plus de choses qui m'épanouissent, et dans lesquelles je me sens aussi plus utile... Je travaille différemment en fait, parce que je ne pense pas en faire moins, au contraire même. 😉 Alors, c'est sûr, tout le travail que je fournis n'est pas rémunéré. Mais je suis aujourd'hui plus sereine, davantage connectée à l'instant présent (même s'il y a encore du chemin ^^), et surtout à l'écoute de moi-même et de mes envies. Ma façon de penser et de voir les choses a évolué depuis la grande stressée des débuts qui avait toujours peur de ne pas gagner assez d'argent pour vivre ! ^^ Quand vous avez compris que rien ne sert de courir et d'emmagasiner de l'argent... c'est la clé d'une vie plus harmonieuse.

Il me semble ainsi opportun d'apprendre à lever un petit peu le pied (dans la mesure du possible, propre à chacun) car je pense que cela est nécessaire à notre bien-être. Bon, sauf peut-être si vous êtes un(e) vrai(e) acharné(e) du travail ou un(e) hyper actif/ve qui ne conçoit pas la vie autrement car c'est ainsi que vous vous sentez au top de votre forme et de votre épanouissement. ^^


« Le temps, ce n'est pas de l'argent, c'est de la liberté »


Je suis persuadée, de par ma modeste et récente expérience dont je ressens déjà les effets bénéfiques, que vivre à un rythme moins effréné, dans tous les domaines qui soient, est gage d'une meilleure vie, plus pleine et plus heureuse. Vous verrez que, bizarrement, en ralentissant le rythme, vous aurez l'impression d'avoir plus de temps et de faire plus de choses ! Et rien qu'au niveau du stress, la différence sera nettement palpable. Je suis beaucoup plus épanouie depuis que je me prends moins la tête avec le travail et le reste. Et même si votre métier vous passionne, je pense qu'il est important de ne pas s'y enfermer et de s'ouvrir sur l'extérieur.

Après, je peux complètement me tromper, mais c'est comme cela que je vois les choses.

Enfin, je ne dis pas que travailler moins – et donc a priori gagner moins – est facile et possible pour tout le monde. Je suis consciente que j'ai de la chance d'y parvenir, pour de nombreuses raisons (peu de besoins, des légumes, des œufs et quelques fruits en provenance du jardin des parents de temps à autre, le Doudou qui travaille à temps plein, pas d'enfants...) ; je sais que beaucoup de gens vivent malheureusement dans la précarité et n'ont pas d'autre possibilité que de travailler dur pour subvenir à leurs besoins... Néanmoins, je pense aussi que c'est une question de choix et de motivation : beaucoup de personnes pourraient sauter le pas si elles s'en donnaient les moyens en ayant une vie plus simple, moins matérialiste. Dire « Si je travaille moins, je ne gagnerai plus assez d'argent pour vivre » est parfois un peu facile... et sort souvent de la bouche des personnes qui consomment beaucoup : dernier iPhone, nouvel ordinateur, multiples sorties payantes, nouveaux vêtements... alors que tout cela n'est pas nécessaire. Se faire plaisir une fois de temps en temps, oui, bien sûr, c'est essentiel,  mais claquer de l'argent à tout-va, non, c'est sûr que comme ça vous ne pourrez pas lâcher du lest au travail. 😉 Si vous apprenez à consommer moins, vous verrez que vous vous en sortirez très bien. 😏


Adoptez la slow life !



Quelques astuces pour apprendre à prendre le temps :


Ne plus porter de montre ! ^^ C'est tout bête mais ça a vraiment changé ma vie. Il y a des années de ça, la pile de ma montre avait lâché. À cette époque-là, je portais ma montre du matin au soir, je ne l'enlevais que pour dormir. J'avais tout le temps les yeux rivés sur l'heure. C'était stressant quand j'y repense. Eh bien, suite à cela, je n'ai pas racheté de pile de suite et ai ainsi fait l'expérience de ne plus porte ma montre pendant quelques jours... et je n'en ai jamais reporté depuis ! ^^ C'est libérateur. Depuis, lorsque j'ai besoin, ou seulement envie, de regarder l'heure, je le fais sur mon écran d’ordinateur ou ma freebox à la maison, et sur mon portable quand je sors. Il y a en effet suffisamment d'autre moyen de savoir l'heure sans avoir besoin de porter une montre, qui vous incitera davantage à regarder l'heure. En tout cas, c'est mon expérience.

Prendre 15 minutes par jour pour soi : lecture, méditation, musique, petite balade pour se dégourdir les jambes et s'aérer... Ce n'est pas beaucoup de temps, mais c'est déjà ça de pris. 😉 Et puis, rien ne vous empêche de commencer par 15 minutes et d'augmenter le temps par la suite. Au début, vous vous forcerez peut-être à prendre ce temps pour vous car vous penserez aux mille choses que vous avez encore à faire dans la journée, car vous aurez du mal à vous déconnecter de tout ce qui vous agite, puis, cela deviendra une habitude, un rituel dont vous ressentirez les bienfaits, et qui vous apaisera pour mieux repartir...

Apprendre à prendre le temps, c'est aussi le gérer : n'hésitez pas à planifier vos journées, à lister les tâches prioritaires et les tâches moins importantes, et bien entendu à inclure dans votre planning ce fameux temps pour vous. 😉 Et comme une bonne organisation permet généralement de gagner du temps, vous bénéficierez probablement d'encore plus de temps pour vous que celui planifié : profitez-en et savourez-le pleinement, d'autant que vous l'aurez bien mérité ! ^^



Et vous, vous en pensez quoi ? Cela vous semble-t-il possible de travailler un peu moins, de ralentir le rythme dans votre vie ? En ressentez-vous le besoin ?

Vous aimerez peut-être aussi...

4 commentaires

  1. Je suis tellement d'accord avec toi!
    Merci pour ce billet très déculpabilisant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de m'avoir lue ! ;-) Oui, il faut en effet déculpabiliser, et ce n'est pas parce que l'on travaille "différemment" que cela signifie que l'on est fainéant ! Au contraire, personnellement, je vois que je n'ai quasiment jamais une minute à moi ! ^^ D'ailleurs, il faut vraiment que je me remette à prendre un peu de temps pour moi chaque jour, comme je l’explique dans l'article, ce serait pas du luxe ;-)

      Supprimer
  2. Prendre le temps.... Un bel article dans lequel je peux m'identifier. Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? C'est-a-dire ? Tu aimerais avoir plus de temps pour toi ? Prendre le temps de faire les choses correctement et non à la va-vite ? Ou tu y parviens déjà ?

      Supprimer

Archives

Translation